La Maison des Sciences de la Vie et de la Terre est une ASBL qui étudie et protège la faune et la flore des anciennes carrières du village d'Obourg. Le site, autrefois exploité par Holcim, est désormais ouvert au public afin d'y admirer sa nature exceptionnelle.

Obourg est un village situé à l'ouest de Mons qui repose sur un grand stock de craie. Depuis 1911, le site est exploité par l'entreprise Ciments d'Obourg, qui deviendra Holcim en 2002. Au fil des ans, cinq carrières ont été exploitées, dont l'une est encore active aujourd'hui.

L'entreprise, à l'époque appelée Ciments d'Obourg, prend rapidement conscience de la richesse biologique et naturelle des sites. La société cherche alors un moyen de protéger la nature. Dans les années 90, l'Université Polytechnique de Mons héberge l'exposition " Nature et Ressources Naturelles dans le Bassin de Mons ". Cette exposition servira d'impulsion pour la fondation de " La Maison des Sciences de la Vie et de la Terre ". En 1996, cette dernière propose à Holcim le projet " Centre d'initiation aux Sciences naturelles et de la Terre ", qui décrit l'intér↑t écologique et géologique du site dans un rapport détaillé. Holcim répond positivement à cette initiative en 2000 et unit ses forces avec la province du Hainaut, la Société Royale des Naturalistes de Mons et du Borinage et la faculté polytechnique de Mons. L'objectif ? Elaborer un projet éducatif portant sur l'évolution de la vie sur Terre et sur les grandes périodes géologiques.

L'année 2001 marque l'ouverture du Jardin Géologique et d'un espace d'exposition. La Maison de la Diversité voit le jour en 2008 afin de mettre en lumière l'aspect biologique des carrières. En 2012, le jardin ferme ses portes et les activités du site se concentrent uniquement sur La Maison des Sciences de la Vie et de la Terre, axée sur la biodiversité.

La Maison des Sciences de la Vie et de la Terre est un projet unique en Belgique, et propose des activités et des expositions interactives pour les jeunes et les moins jeunes. Ce site extraordinaire autour du Lac d'Obourg, une carrière réaménagée, attire chaque année plus de 3000 visiteurs.