Sécurité et Construction durable : Santé et sécurité

30 Octobre 2019
 

Sécurité lors de l’utilisation des ciments et du béton

Le ciment est un liant hydraulique. Au contact de l’eau ou de l’humidité, la réaction d’hydratation mène quasi immédiatement à une forte augmentation du pH pour atteindre une valeur de ±13. Par conséquent, le ciment et le béton peuvent provoquer des irritations voire des brûlures en cas de contact prolongé avec la peau ou de projection dans les yeux. Il est donc indispensable de porter des équipements de protection pour la mise en œuvre des bétons et des produits à base de ciment : lunettes, combinaisons, gants, bottes,… En cas d’irritation, rincer à l’eau abondamment et consulter un médecin.
 
Les fiches de sécurité du ciment et du béton peuvent être obtenues auprès des producteurs.
 

Le ciment et la directive européenne sur le chrome VI

Le chrome VI est naturellement présent en quantité infinitésimale dans les matières premières extraites en carrières qui sont utilisées pour la production du ciment. Certaines personnes peuvent développer une réaction allergique lorsqu’il sont en contact avec le chrome VI.  La directive européenne 2003/53/CE, transcrite en droit belge par arrêté royal, impose que "le ciment et les préparations contenant du ciment ne peuvent être utilisés ou mis sur le marché s’ils contiennent, lorsqu’ils sont hydratés, plus de 0,0002% (2 ppm) de chrome VI soluble du poids sec total du ciment".
 
Placement du câble anti coup de fouet

 

Lors de la fabrication, on rajoute donc au ciment, si nécessaire, un agent réducteur qui permet de garantir une teneur en chrome VI inférieure à la limite imposée. La période d’efficacité de l’agent réducteur est mentionnée sur chaque bordereau de livraison ou sur chaque sac. Ce délai est valable dans des conditions de stockage appropriées : le ciment doit être stocké dans un silo ou en sac, à l’abri de l’humidité, et ne doit pas subir une aération excessive. 

Il est important de rappeler que la plupart des cas de dermatoses rencontrés sont liés à une irritation de la peau due au caractère alcalin de la pâte de ciment. Elles peuvent apparaître si les consignes de port d’équipements de protection individuelle ne sont pas respectées. La réduction de la teneur en chrome VI soluble des ciments ne doit en aucun cas dispenser les utilisateurs de l’usage des gants, de chaussures imperméables, de combinaisons, de lunettes,…


Livraison du ciment 

Le déchargement du ciment vrac des véhicules citernes vers les silos des centrales à béton se fait pas poussage à l’air comprimé à l’aide d’un compresseur monté sur les véhicules de livraison. Comme dans tout process utilisant de l’air comprimé il existe des risques de rupture de flexibles ou de raccords en cas d’usure de ces derniers ou de montée exagérée en pression.

Les conséquences de ce risque (brutal coup de fouet du flexible) peuvent être limitées par la mise en place d'un câble de retenue ou câble "anti-coup de fouet" (fig 5.2.1) et ainsi éviter des blessure graves. Ce câble est une mesure supplémentaire de sécurité et ne remplace bien sûr pas une inspection et un entretien régulier de tous les flexibles et raccords.

Lors du poussage du ciment dans le silo, l’air présent dans le silo doit pouvoir s’évacuer pour laisser la place au ciment. Afin d’éviter une pollution environnementale par des poussières de ciment, cet air est filtré par des filtres montés en partie haute des silos (fig 5.2.2). Il est primordial de vérifier régulièrement l’absence de colmatage de ces filtres et le bon fonctionnement des soupapes de sécurité. Un filtre colmaté peut exploser et provoquer de graves blessures lors de sa chute.
 
Filtres au sommet des silos d’une centrale à béton

 

Pompage du béton

La mise en place de béton pompé génère quelques risques spécifiques qu’il faut se garder de sous-évaluer. En particulier, il faut toujours vérifier si l’on a bien tenu compte de :
  • l’augmentation de la pression du béton sur les coffrages verticaux
  • la présence éventuelle de ligne électrique aérienne dans le champ de la flèche de distribution
  • la capacité portante de l’emplacement prévu pour la pompe et ses accessoires (mât de répartition, etc.)
  • l’impact de risques de coups de fouets du flexible.

Risque électrique
En cas de contact de la flèche de la pompe avec une ligne électrique, la pompe est sous tension. Tout contact avec celle-ci entraine donc un choc électrique.  Le sol autour de la machine est également mis au potentiel. Cette tension diminue avec la distance. Dès lors si on fait un pas, il y a une différence de potentiel entre les deux pieds, le courant traversant alors le corps en circulant d’un pied à l’autre. Il n’est pas nécessaire d’entrer en contact avec une ligne électrique pour mettre la pompe sous tension. En deçà d’une certaine distance, le courant traverse l’air en formant un arc et rejoint le bras de la pompe.
 
 

En cas de proximité de lignes à haute tension, il est donc uniquement permis de travailler si la tension des lignes est coupée pendant la durée des travaux. Si cela n’est pas possible, il faut respecter une distance de sécurité mini male de 6 m entre la fléche et les cables. La pompe doit également être mise à la terre de manière efficace par précaution lorsque l'on travaille près de lignes électriques.



En raison des mouvements multidirectionnels de la flèche de la pompe et le besoin de se concentrer sur le point de livraison, l’opérateur de la pompe à béton peut perdre de vue la position de la flèche par rapport aux lignes électriques. Selon sa position par rapport à la ligne électrique, il peut être impossible pour l’opérateur d’évaluer la distance entre sa flèche et la ligne électrique. Dans ces cas, si la flèche de la pompe n’est pas équipée d’un dispositif de détection de lignes, un "observateur" doit être désigné pour scruter à tout moment la position de la flèche par rapport à celle de la ligne électrique et rester en contact radio avec l’opérateur de pompage (fig 5.2.3).

Risques de coups de fouets
Le tuyau de refoulement en caoutchouc pend généralement de manière verticale à l'extrémité de la flèche mobile (fig 5.2.4). Si de l'air est aspiré dans la pompe à béton, la compression qui en découle peut créer un effet de fouet lorsqu'il quitte le tuyau de refoulement. Un tuyau muni d'un collier métallique à son extrémité ne peut en aucun cas être utilisé comme tuyau de refoulement. De même un mouvement soudain et inattendu de la flèche ou du tuyau, n’est jamais à exclure. Le nombre de personnes se trouvant dans la zone en contact proche du tuyau ou de la flèche sera donc limité au minimum nécessaire.
 

Opérateur assisté d’un observateur près de lignes électriques


Mise en œuvre du béton au cufa 

La mise en œuvre du béton au cufa est une opération courante. Un cufa rempli de béton représente une masse de plusieurs tonnes et a donc une inertie importante. Afin d’assurer une mise en œuvre du béton au cufa dans les meilleures conditions de sécurité, on veillera particulièrement aux points suivants :

  • Assurer un contrôle périodique de tout matériel de levage.
  • Lors du déplacement du cufa, ne pas se positionner entre le cufa et le camion ou tout autre objet fixe afin d’éviter les risques d’écrasement. Toujours respecter une distance de sécurité. Ne jamais se déplacer sous des charges suspendues.
  • En cas de communication défaillante ou difficile avec l’opérateur de grue, interrompre les travaux.
  • S'assurer que le matériel de levage est adapté à la charge (poids, ancrage, fixation).
  • Ne jamais tenter de remettre des résidus de béton contenus dans le cufa dans le camion mixer.
  • Lors du remplissage ou du rincage du cufa, ne pas surélever celui-ci. Il doit être posé au sol de façon stable.
  • En cas de vent fort entraînant des oscillations du cufa, interrompre les travaux.
  • Ne jamais essayer de retenir le cufa manuellement.
  • Prévoir des plateformes stables et munies de gardecorps au-dessus des coffrages.
     
Zone de risque autour du tuyau de refoulement