Du béton frais au béton durci : Fabrication et transport

24 Avril 2019
 

Dosage des constituants

La fabrication correcte d’un béton de composition donnée dépend dans une large mesure des équipements de production à disposition. Il faut en effet respecter très précisément les proportions de la formule pour les différents constituants du béton : liant, granulats, eau de gâchage, adjuvants et additions. Pour cela, il existe
deux systèmes : le pesage et le dosage volumétrique, ce dernier étant moins précis. L’ordre dans lequel les constituants sont introduits dans le malaxeur revêt une grande importance et doit faire l’objet d’essais préalables.
Cet ordre influence en particulier :

  • la bonne dispersion des composants
  • l’efficacité du malaxage
  • l’effet optimal des adjuvants
  • le rendement horaire
  • l’usure, le nettoyage et l’entretien du malaxeur.

Mélange des constituants

Le malaxeur doit intégrer les constituants séparés en un mélange parfaitement homogène tout en répondant aux exigences suivantes :

  • intensité de malaxage élevée
  • temps de malaxage court
  • dispersion rapide des constituants
  • enrobage optimal des granulats par la pâte de ciment
  • vidange rapide
  • usure minimale.

Le volume des malaxeurs des centrales à béton (généralement entre 2 et 5 m3) est inférieur à celui des camions malaxeurs qui transportent le béton (jusqu'à 12
m3). Une "charge" complète (1 camion mixer) est donc fabriquée à partir de plusieurs "gâchées".

Temps de malaxage

On définit le temps de malaxage comme la durée du malaxage à partir de la fin de l’introduction de tous les  constituants, y compris l’eau.

Le temps de malaxage nécessaire varie suivant le béton à produire et le type de malaxeur. Il doit être déterminé par des essais.

S’il est nécessaire d’ajuster la consistance pendant le malaxage en rajoutant de l’eau ou de l’adjuvant, la durée de l’opération doit être allongée en conséquence.

fig 2 4
Fig 2.4.1 Vue intérieure d’un malaxeur de centrale à béton

 

La pratique et de nombreux essais ont montré qu’en plus de l’homogénéité, d’autres facteurs jouent un rôle important dans la qualité du béton. Ainsi, un malaxage
énergique favorise le mouillage et la dispersion du liant, ce qui se répercute favorablement sur la montée en résistance du béton.

  • Un temps de malaxage de minimum 45 à 60 secondes est recommandé.
  • L’emploi d’un entraîneur d’air nécessite un allongementde cette durée.

L’emploi d’un wattmètre (mesure de la puissance absorbée par le moteur du malaxeur pendant une gâchée de béton) permet de visualiser l’obtention de l’homogénéité
suffisante du béton (fig 2.4.2, palier sur la courbe à la fin de la phase 2).

fig 2 4
Fig 2.4.2 Exemple de courbe watt métrique en fonction du temps (secondes)

 

fig 2 4
Fig 2.4.3 Camion mixer

 

fig 2 4
Fig 2.4.4 Centrale à béton

 

Transport et livraison du béton

Le béton prêt à l’emploi doit être acheminé le plus rapidement possible de la centrale au chantier, généralement en camion malaxeur. Il doit aussitôt (maximum 100 à
120 minutes après fabrication) être mis en place si l’on veut conserver sa qualité. Dans le cas de transport en camion-benne, le béton doit être protégé des intempéries.

A l’arrivée sur chantier, chaque bon de livraison (conformité à la commande) doit être contrôlé par le responsable des travaux. S’il s’agit de camions malaxeurs, il est
indispensable de remélanger le béton à l’arrivée pendant quelques minutes avant de le décharger. En cas d'ajout d'ajuvant sur chantier, un temps de malaxage
de 1 minute/m3 sera nécessaire.

L’ajout d’eau supplémentaire est à proscrire dans tous les cas, car cette eau diminue la qualité du béton. Toutefois, si le responsable des travaux juge un tel ajout
indispensable, celui-ci doit être mentionné sur le bon de livraison et le béton, s’il est certifié, perd son label de
conformité à la norme.

Si un véhicule ne peut pas être immédiatement déchargé à son arrivée au chantier, il doit pouvoir attendre dans un endroit abrité (à l’ombre). Si l’attente se prolonge au-delà du délai maximal de mise en oeuvre garanti, le béton ne pourra plus être utilisé que pour des travaux secondaires ou provisoires (remplissages, pistes de chantier, etc.).