Du béton frais au béton durci : Coffrage

28 Mai 2019
 

Le coffrage contribue pour une bonne part à la réussite d’une construction. Il conditionne l’aspect de la surface, sa structure et sa teinte (fig 2.5.1). Il donne au béton sa dimension architecturale. Et pourtant il arrive qu’on ne lui accorde pas toute l’attention qu’il mériterait.

 

Choix du coffrage

Le choix du coffrage incombe en principe à l’entreprise d’exécution, sur la base des critères suivants :

  • type d’ouvrage ou d’élément
  • qualité de la surface du béton
  • nombre de réemplois possibles
  • difficulté du montage
  • capacité d’isolation thermique
  • prix.


 

Matériaux de coffrage

  • lames brutes, rabotées ou non
  • panneaux de bois traités
  • panneaux stratifiés (multiplex marin)
  • coffrages plastifiés (polyester, polystyrène, linoléum, élastomères, etc.)
  • coffrages métalliques.


 

Exigences générales relatives au coffrage

  • dimensions précises
  • etanchéité (fig 2.5.2)
  • rigidité, absence de déformations (fig 2.5.3)
  • propreté
  • faible adhérence au béton durci
  • esthétique de la structure de surface (fig.2.5.4 et 2.5.5).


 

Types de coffrages

D’une manière générale, plus les coffrages sont absorbants, plus ils donnent une surface fermée, du fait qu’ils absorbent, au moins partiellement, l’excédent d’eau et les bulles d’air du béton fraîchement mis en place. On ne devrait utiliser, pour une surface apparente donnée, que des panneaux de bois ayant le même nombre de réutilisations. En effet, le pouvoir absorbant du bois diminue à chaque mise en œuvre et affecte la surface du béton de nuances différentes. Les planches brutes devraient toujours être saturées de laitance de ciment avant le premier emploi. On uniformiserait ainsi plus ou moins les inégalités du bois et on éviterait que les sucres qu’il contient viennent perturber la prise et l’hydratation du ciment.

Les coffrages non absorbants, hydrofugés, favorisent localement des concentrations de fines (micro-ségrégations) et une élévation localisée du rapport E/C. Il s’ensuit des irrégularités de teinte à la surface du béton ("nuages"). Des ségrégations superficielles plus importantes peuvent se traduire par une perte de durabilité (voir chapitre 4.1).


 

Produits de décoffrage

Les produits (ou agents) de décoffrage sont utilisés pour décoller sans difficulté le coffrage de la surface du béton, tout en les conservant intacts l’un et l’autre (fig 2.5.6). Ils doivent être appliqués soigneusement en couche mince et régulière avant la pose des armatures. Le produit en excès doit être éliminé au moyen d’un chiffon. L’apparition de taches ou de différentes nuances de gris à la surface du béton est souvent le fait d’une application incorrecte du produit de décoffrage (fig 2.5.7).

Il existe différents types d’agents de démoulage,tels que les huiles, les cires, les laques et les émulsions.
Les agents de démoulage sont formulés avec ou sans solvant. Tandis que les agents de démoulage sans solvant sont prêts à l’emploi dès leur application, les agents de démoulage avec solvant développent leurs propriétés de séparation seulement après que les solvants se soient évaporés. Les temps de ventilation peuvent être allongés notablement en cas de basses températures, d’humidité de l’air élevée ou en cas d’application d’une couche épaisse du produit. Il faut toutefois éviter une exposition prolongée aux intempéries, sous peine d'évaporation complète du produit.

 
image 2 5
Fig 2.5.1 Exemple d’essai sur différents coffrages et utilisation de différents produits de démoulage. Le même béton a été coulé pour chaque partie

 

Du béton frais au béton durci : Coffrage - image 2 5
Fig 2.5.2 Effet d’une étanchéité insuffisante des joints de coffrage

 

image 2 5
Fig 2.5.3 Manque de rigidité du coffrage et des réservations lors du coulage d’un béton fluide

 

Du béton frais au béton durci : Coffrage - image 2 5 4
Fig 2.5.4 Surface bien réussie d’un béton ayant été coffré avec des planches de bois

 

image 2 5
Fig 2.5.5 Exemple d’une surface de béton structurée bien réussie

 

image 2 5
Fig 2.5.6 Absence de produits de démoulage à certains endroits ayant entraîné l’arrachement du béton lors du décoffrage

 

image 2 5
Fig 2.5.7 Différences de teinte d’un parement en béton dues à une mauvaise répartition de l’agent de démoulage